Eden

Forum en reconstruction ailleurs. Ne pas s'inscrire, s'il vous plait.
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Richard Stanford, L'explosif !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Richard Stanford
Elémentaliste Feu
Elémentaliste Feu
avatar


Messages : 15


Feuille de personnage
Element/Spécialisation : Feu (pas de spécialisation pour l'instant)
Rang / Profession: none.
Relations:

MessageSujet: Richard Stanford, L'explosif !   Jeu 24 Juin - 16:35

Richard Stanford


Nom : Stanford
Prénom : Richard
Surnom : L'explosif
Age: 17 ans
Sexe : Masculin
Préférence sexuelle: De nombreuses conquêtes féminines à son tableau de chasse... mais il n'a jamais pris le temps de penser à l'amour. Allez, disons Hétéro faute d'expérience Wink
Origine : Il est Anglais notre Richard.

Type d'élémentaliste : Feu
Spécialisation : Rien pour le moment.

Physique :
Un grand homme a dit qu'un petit dessin vaut mieux qu'un long discours, aussi vais-je plus simplement compléter le portrait de Richard par deux petits dessins et un long discours.

Les petits dessins :
Spoiler:
 

Et maintenant, le long discours :
La première fois que l'on voit Richard Stanford, on ne peut décemment pas l'ignorer, parce qu'il est tout simplement le cheveu dans la soupe. Dans une société anglaise qui aujourd'hui encore se divise entre les vieux BCBG et les plus jeunes qui reprennent même près de 50 ans plus tard les habitudes Punk et excentriques caractéristiques du ras-le-bol de la jeunesse, Richard fait œuvre d'exception dans la bizarrerie. La nature l'a doté de parents plein aux as, le père avocat et la mère responsable d'une très grande entreprise de cosmétiques, et d'une taille avoisinant le mètre quatre-vingt-seize. Quel rapport ont ses parents avec son physique? Je ne vous ferai pas l'injure de vous rappeler le rôle des gènes et des chromosomes dans la formation d'un individu, cependant imaginez-vous une seule seconde avoir un budget quasiment illimité. Combien de possibilités s'offrent à vous alors? Exactement, Richard avait pour ainsi dire toute une palette de styles et de formation de personnalité différentes, il était pour ainsi dire le maître de son destin, et cette révolution se traduit parfaitement sur son physique. Il faut d'abord savoir que Richard Stanford est né plus blond que les blés, en été on s'inquiétait sans cesse parce que "le jeune monsieur a oublié sa casquette!", et surtout parce qu'il était aussi fin qu'une brindille. Toujours hyperactif, il s'est formé au fil du temps grâce à ses courses d'élève bien sous tous les rapports un corps finement musclé, mais néanmoins suffisamment délicat pour lui attirer les railleries. Les adolescents sont particulièrement cruels de nos jours, et "tapette" a été le surnom qu'on lui a sans doute le plus attribué jusqu'à ses 15 ans. Au niveau vestimentaire il trouve on ne sait comment le moyen de ressembler soit au roi de la parade du Carnaval de Rio, soit à un clochard le lendemain sans que personne ne s'y retrouve plus. Richard est pour ainsi dire totalement polyvalent. Par pure provocation envers son vieux père qui depuis qu'il est proche de l'âge légal veut le marier à une actrice ou que sait-il encore, il s'est laissé poussé les cheveux qui comme pour obéir à sa logique de révolte se sont mis à pousser plus ou moins dans tous les sens. Après une violente dispute avec son paternel qui valut à Richard deux ou trois piercings supplémentaires dans le lobe de ses oreilles ils commencèrent à pousser rouge. Lui qui était blond paille devint encore plus marginal par une chose qu'il ne connaissait encore que très mal. Enfin, vous l'aurez compris notre Richard n'a pas franchement le don de passer inaperçue.

Personnalité:
Une tête à claque aurait moins d'ennemis que notre cher ami. Il est du genre à n'en faire qu'à sa tête et se fâcher pour un rien, agissant d'abord et réfléchissant après. Au départ, il n'est qu'un gosse de riches gâté et méprisant à peu près tout ce qui n'est pas né avec une cuiller en or dans la bouche, mais sa personnalité a pour ainsi dire légèrement évolué au cours de sa courte existence. Dans son premier collège, il était pour ainsi dire la risée de tous, ce blondinet arrogant et d'un niais à faire pâlir Candide en personne. Il croyait que tout le monde était heureux même dans la pauvreté la plus profonde et que son petit monde était parfait. Autant dire qu'il ne se méfiait de rien, trouvait normal de dépenser 20£ pour un café et d'acheter ses jeans chez de grands couturiers qui faisaient tout pour que ses fesses délicates ne soient pas irritées par leur tissus. Richard était à franc parler une larve. Une larve jusqu'au jour où en rentrant du collège, il se trouva face à une bande de skinheads bien connus des étudiants de Saint Maxime : les Sharks. Je vous passerai les détails (gardez en un peu pour l'histoire enfin bande d'impatients!) mais il est rentré ce jour-là en larmes et tenant son slip entre ses doigts de peur de se le faire voler également. A partir de là, Richard a changé. Il s'est d'abord renfermé sur lui-même, haïssant tout le monde jusqu'à faire les pires conneries. Il s'est ensuite lancé à corps perdu dans la débauche pour ressembler aux autres et se forger un caractère hautain et mauvais envers quiconque n'était pas de son rang. Le malheur de tout homme est de se croire invincible, c'était le cas de son entourage et de lui-même. Lorsqu'il atteignit les quinze ans, son père commença à négocier avec des agents divers et variés pour lui trouver une fiancée qui percerait rapidement dans le milieu. Ce fut sa révolte. Il s'enfuit pendant plusieurs jours de chez lui, squattant d'abord chez des amis aussi friqués que lui puis se retrouvant à la rue (le dernier endroit où on viendrait le chercher) il se mit à considérer le monde d'une autre façon. Toujours aussi tête brûlée, toujours aussi arrogant et fier de lui-même mais plus humain, Richard fut surnommé "L'explosif" parce qu'il en voulait, parce qu'il mordait la vie à pleines dents et parce qu'il pouvait à lui seul tabasser trois personnes à la fois. C'était devenu un allié redoutable, toujours aussi tête brûlée et orgueilleux, mais d'une humanité qui ne faisait plus aucun doute. Retenez surtout cet aspect-là de Richard: il a horreur de regarder vers son passé et ne voit qu'un avenir. Il ne compte que sur lui-même et pense que personne mieux que lui ne peut s'aider, ce qui ne l'empêche pas de prendre soin de ses amis qui se font rares, mais précieux.

Histoire:
Partie I : Une enfance dorée à l'or fin.
Lucy Logan était une jeune fille ordinaire, une idéaliste rêveuse qui vivait au jour le jour ses études d'expert comptable avec des étoiles dans les yeux. Persuadée que son métier permettrait à des centaines d'entreprises d'échapper à la faillite et la propulserait au rang de héros de la paix dans le monde par les négociations qu'elle ferait avancer, elle vivait au dessus de ses moyens dans un petit appartement de la banlieue Londonienne aux crochets de son petit ami Maxence, fils de pharmaciens. La vie était plutôt simple pour elle, le matin elle partait étudier, et revenait le soir faire le ménage, la cuisine, mettre la table et regarder son homme beugler devant le Football (le foot en Angleterre c'est plus le rugby en France, attention!) sur son canapé. Ce n'était pas le Paradis mais pas loin, elle supportait juste son petit ami le temps de finir ses études et de gagner suffisamment pour le laisser en tant que ce qu'il était : une serpillère. Elle pensait pouvoir garder ce rythme de vie et le supporter assez longtemps pour rendre service au monde entier. Elle n'avait cependant pas prévu que Maxence, non content d'être un porc en caleçon du matin au soir se mettrait à la boisson avec plus de volonté et de rigueur qu'un champion de bière allemand. Les soirs où elle arrivait à lui échapper, elle s'enfuyait dans le métro où elle lisait tout ce qu'elle avait sous la main en attendant qu'il s'écroule de fatigue, mais ce n'était pas toujours le cas. Alors que les contusions et les griffures marquaient de plus en plus souvent sa peau frêle, elle se décida à agir et contacta la police pour porter plainte contre son Jules. Manque de chance, Maxence avait des parents influents et personne n'acceptait de la prendre au sérieux. Aucun avocat ne voulut l'aider pour son procès, et sa douleur continuait, menacée de mort lorsqu'elle faisait mine de s'enfuir, Lucy se rendit chez son vieux père, avec lequel elle avait gardé le plus de distance possible. Mais face à l'injustice, elle dut s'en remettre à ses parents.

"Ma fille" lui avait-il dit, "je ne sais pas pourquoi tu es allé voir un abruti pareil mais je sais comment tu vas t'en débarrasser. James Stanford est un de mes vieux copains, il a pas mal baigné dans les affaires louches et me doit un service de nos années jeunes, je pense qu'il ne t'enverra pas sur les roses!". Lucy restait perplexe lorsque son père lui parlait de ce genre de choses. Lui avait été tour à tour ouvrier, bibliothécaire, agent d'entretien, voleur à la tire, picpocket, cambrioleur puis préposé au classement dans un cabinet d'avocat, avocat, grand avocat, super grand avocat et... et ainsi de suite. Elle savait qu'il avait beaucoup de relations, mais elle avait horreur du piston. Le soir-même, lorsque Maxence la frappa à la tête avec une telle violence qu'elle se cogna contre l'angle de la table à manger (Pardon, mon cœur je suis sincèrement désolé, vient, vient, tu n'as pas mal? RÉPOND, t'en veux encore?!) elle décida d'aller voir Stanford. Le bâtiment était pour ainsi dire immense, impressionnant par sa stature et ses lourdes portes en bois de chêne, sa poignée et son heurtoir en tête de lion argenté. En s'approchant un peu Lucy put apercevoir quelques arabesques à l'or fin... dans une poignée de porte? "Hum hum" avait-elle entendu, puis relevant la tête, elle avait reconnu un homme d'une quarantaine d'années qui se tenait droit devant elle, un costume impeccable comme à son habitude. James Stanford était, malgré son âge plutôt avancé resté d'un charme tout Clooneyesque, toujours classe et bien habillé, il la fit entrer en lui serrant la main. Elle lui déballa tout, tous les dossiers qu'elle avait sur son petit ami, comment il rentrait tard le soir avec parfois cent grammes de marijuana dans un sac, comment il amenait des amis pour boire jusqu'à plus soif, comment il l'avait blessée, à l'épaule, à la tête, aux bras, sur le dos et tout le corps, comment il profitait de sa situation pour la menacer encore plus. Avec James, le procès fut bref, efficace et expédié en deux mois à peine. Lucy garda l'appartement, les meubles et même la voiture et se vit verser au total cinq mille livres de dommages et intérêt. Ce brillant avocat lui avait pour ainsi dire sauvé la vie. Elle vint de plus en plus souvent à son cabinet, restant parfois pour déjeuner ou sortant le soir au restaurant avec cet homme qui devint un ami proche, puis un amant qu'elle se gardait bien de divulguer. Le 12 Juillet 2017, Lucy Logan, 25 ans s'unit à James Stanford, 47 ans sous la bénédiction du Seigneur et de ses parents. Le 24 Décembre 2019 naissait Richard Stanford, fils du plus brillant avocat de tout Londres et de la nouvelle responsable marketing de L'Auréole, nouvelle entreprise de cosmétiques bio. Ainsi commença le périple de Richard sur la vaste Terre.

Partie II : Hé le môme ! T'as pas oublié notre fric aujourd'hui j'espère?
Richard avait le sourire aux lèvres ce jour-là, il venait juste de fêter son anniversaire, le 24 Décembre, jour du christ il avait atteint ses 13 années, et à cette occasion son père lui avait offert la chaîne Hi-Fi dont il rêvait tant. Ainsi qu'un téléphone entièrement tactile, le dernier ordinateur, et même le projecteur à hologrammes de combat que venait juste de sortir Nintendo dans la même branche que sa vieille Wii rangée au garage. C'était en plus sa dernière heure de cours de la journée, car dans son Collège privé, on avait cours entre Noël et le Nouvel an, pour pouvoir avoir de plus longues vacances d'été. La professeur de français, une très jeune et très dynamique jeune femme du nom de Margareth Lalisse s'agitait en imitant tour à tour Nell et Nagg, personnages secondaires de Fin de Partie. Elle était vraiment très douée, passionnée et passionnante, il aimait ses cours qui lui faisaient un bref instant oublier le reste du monde. La cloche retentit un bref instant, juste celui durant lequel les autres élèves de sa classe firent un bruit monstre en rangeant leurs affaires. Le cours était terminé, il était temps de rentrer.

Dans son pull d'uniforme et son manteau aux couleurs de son école, Richard crevait de froid. Pour oublier combien le temps pouvait être glacial, il mit ses écouteurs et se mit à marcher, il n'habitait qu'à dix minutes du Collège, cela ne valait pas le coup d'engager quelqu'un pour l'emmener après tout. En plus il passait juste à côté du Collège public des Boqueteaux, un collège à ambition internationale de ce qu'il en avait compris. Cependant lui n'y voyait tous les jours que des voyous et des rackets, et avait jusqu'à présent réussi à s'en éloigner suffisamment pour ne pas être embêté.

"Hé l'avorton, t'as pensé à notre fric aujourd'hui?" Il tourna un bref instant la tête sur le côté, pour voir une bande de skinheads qui arboraient un grand blason bien connu par les jeunes londoniens : les Sharks. Une bande de voleurs qui avaient quitté l'école depuis bien longtemps et terrorisaient les plus petits pour financer leurs bêtises et leur drogue. De ce qu'il en avait compris, ils étaient des usurpateurs, salissant le nom des véritables Sharks qui étaient au départ un groupe de justiciers des pauvres et qui brisaient les vitrines et volaient pour faire entendre "la voix de ceux d'en bas". Ces skins-là étaient par contre visiblement en train de dépouiller Jimmy Rickers, un petit de première année qui tendait en tremblant une liasse de billets à ces voleurs. Surpris par ce acte mais ne voulant pas subir leur courroux, il se mit à marcher plus vite pour leur échapper. La tête rentrée dans les épaules, il...

"C'est pas un Saint Maxime là-bas? Hé minus! Ramène-toi ici!" Non, ils ne l'avaient pas vu ce n'était pas à lui qu'ils parlaient, pas à lui, ils ne pouvaient rien lui faire, son père était un grand avocat, il leur montrerait à tous ce que c'était que s'en prendre à un Stanf...aaarg! Tiré par l'écharpe, Richard vit le ciel défiler devant ses yeux et s'écroula, se cognant la tête contre le sol.

"Tu nous ignore? C'est trop dommage on t'aurait laissé partir contre une petite participation financière mais là, on va devoir tout prendre, tu permets?"

Le plus âgé, un certain Marc comme l'appelaient les autres commença à le tabasser tandis que volaient de ses poches son argent et son téléphone, son lecteur MP3, ses cahiers de cours, ses photos, son agenda. Ils le relevèrent entre deux mondes et lui hurlèrent de se déshabiller, ce qu'il refusa de faire. La répression n'en fut que plus violente, Richard finit en caleçon, ensanglanté et plein de bleus au milieu de la rue tandis que les trois Sharks s'en allaient avec leur butin dans les bras une cigarette au bec. Les larmes vinrent seules, sans qu'il ne s'y attende, et Richard rentra pauvrement en slip chez lui, accueilli par une véritable crise d'hystérie de la part de sa mère qui voyait ainsi son fils défiguré. "James, JAMES VIENT VOIR PAR LA!" "Pas la peine de crier, qu'est-ce qu... holly sh*t Richard, qu'est-ce qui t'est arrivé?" Sans le moindre mot, Richard partit s'enfermer dans sa chambre et n'en sortit que deux jours plus tard, parce qu'il avait trop faim. Il refusa de parler de quoi que ce soit et demanda à se faire accompagner le matin et le soir. Pour le protéger on lui offrit un chien de garde, ou plutôt un garde du corps qui veillait dix minutes avant et après chaque sortie de l'école à ce que rien ne lui arrive.

Partie III : Gosse de riche deviendra grand !
Deux années avaient passé depuis que Richard s'était fait dépouillé à la sortie du Collège. Il était depuis devenu arrogant, n'acceptant comme amis que ceux dont il pourrait se servir et n'utilisant ceux-ci qu'à des fins personnels. Du jour au lendemain il n'écouta plus en cours, passant plus de temps enfermé dans sa chambre à faire des pompes que le nez dans les bouquins comme il l'aimait tant auparavant. Plus rien n'avait d'importance sinon devenir le meilleur. Il se fit payer des professeurs particuliers et cessa d'aller au Lycée pour n'avoir que les meilleurs, réussit ses examens avec brillo et devint bientôt la plus grande brêle adulée par les adolescentes du quartier. Bien que ce fut interdit par la loi, il montait déjà une moto à son âge et partait tard le soir pour ne revenir qu'au petit matin le week-end. Personne ne savait ni ce qu'il faisait ni où il allait, Richard vivait simplement en dehors du monde, en dehors de ses parents, en dehors de lui-même pour n'avoir à affronter personne d'autre que lui-même. Il se sentait bien uniquement dans la solitude, et même si les conquêtes amoureuses commençaient à se multiplier à son tableau de chasse, elles tournaient inlassablement de semaine en semaine sans jamais l'intéresser plus que cela. Il s'était mis à la kapoera, et s'entraînait le plus souvent avant ses escapades. Pas vraiment heureux, Richard menait cependant sa vie de façon à ce qu'elle soit au maximum en accord avec ce qu'il voulait : avoir de l'ordre et s'y tenir.

Comble du comble, il avait commencé à s'inventer des principes. Ne se battre que contre ceux qui le méritaient. Autant dire qu'il ne frappait que ceux qui en valaient la peine ou bien qui faisait preuve d'assez de stupidité pour embêter plus faibles qu'eux devant lui. Il était devenu au grand damm de ses parents le protecteur prétentieux numéro un à grosse tête et gros poing des quartiers de Londres. Aussi pour régler ce problème de taille, James Stanford décida-t-il de lui trouver un agent discret pour le marier au plus tôt lorsqu'il en aurait l'âge. Après tout il serait bientôt majeur (la majorité est à 17 ans en Angleterre) et avoir un beau parti au bras le remettrait sans doute dans le droit chemin. Manque de chance, un samedi matin qu'il rentrait aux alentours de huit heures du matin Richard eut vent des projets de son père en écoutant les messages du répondeur. Ni une, ni deux, il prit ses affaires et les emballa pour s'enfuir aussi sec. Il partit d'abord chez Paul, son vieux copain français qui avait un manoir deux fois supérieur au niveau de la taille que le sien. Là-bas c'était l'hôtel sans payer, et puis la mère de Paul l'adorait tellement qu'elle ne pouvait pas s'empêcher d'être aux petits soins pour se garçon au visage fin mais déjà tellement déterminé à bouffer la vie avant qu'elle ne le bouffe.

Puis il commença à se lasser, et ne voulant être un boulet pour personne partit de chez les Potlles, il put rester quelques jours à l'hôtel puis se résolut à ... passer la nuit dehors. Seul, certes en plein été mais seul tout de même, sa cohabitation de six mois avec Paul lui manquait un peu. Il trouva un pont pour y dormir et fit la connaissance de Leo, Max et Ric (qui s'appelait également Richard mais ne voulait pas se comparer à lui.) qui furent les seuls habitants de la rue à ne pas le fuir, lui et sa tignasse rouge vif, ses airs supérieurs, sa taille impressionnante, sa voix forte et ses rires gras. Il apprit petit à petit ce qu'était la vie dehors. Qu'être riche était un privilège. Qu'il fallait se battre pour survivre, particulièrement pendant l'hiver de ses 16 ans, premier qu'il passa dans la rue autours d'un bidon d'essence arrosé de cidre bas marché et de jambon volé à l'étalage. C'était le meilleur jambon qu'il eut jamais partagé, parce qu'il avait été sincèrement offert. Il savait parfaitement que ses parents le surveillaient de loin, guettant l'instant auquel il reviendrait à la maison. Il était parti depuis près d'une année et ne comptait pas revenir. Il voulait partir d'en bas pour pointer au sommet, sans piston et sans argent. Richard était un grand cœur, une grande gueule et un grand rêveur. Pour la première fois de sa vie, le jour-même de ses seize ans, Richard s'endormit avec un sourire, frigorifié mais heureux, heureux d'avoir trouvé l'endroit où il se sentait le mieux : au milieu de ceux qui avaient le plus besoin de lui. Cette nuit-là même, Richard disparut du monde d'en bas, de la surface de la Terre. Le lendemain on ne trouva plus à sa place qu'une boucle d'oreille sans doute tombée pendant son enlèvement musclé, puisque des traces de lutte s'étalaient partout autours de sa couche. Les Stanford lancèrent immédiatement des recherches, en vain. Richard Stanford était parti, plus ou moins contre son gré pour Eden.

Pour ceux qui ont plus de 16 ans, votre vie sur l'île depuis votre enlèvement :

Partie IV : Un rêve merveilleux.
Ce rêve avait été pour le moins le plus étrange et gênant qu'il eut jamais fait. Il s'était endormi comme une masse sur les manteaux de ses amis qui lui avaient fait cadeau d'un plaid usé pour son anniversaire. A peine quelques heures plus tard, un bruit étrange lui avait fait levé la tête. A vrai dire, c'était plus l'absence totale de bruit qui avait éveillé Richard, habitué au vrombissement régulier des voitures et aux rires des jeunes de sortie à ces heures-ci. Plus rien n'avait bougé, et il s'était relevé, juste à temps pour sentir des mains froide comme de la pierre lui saisir les deux bras. Encore emmitouflé dans un pull et un jean sale, ses longs cheveux rouges sur le devant de la figure, il n'avait pas compris. Il s'immobilisa un instant, fixant incrédule les doigts féminins qui lui empoignaient avec une force inhumaine les bras. Au quart de tour, Richard poussa un cri et tapa de toutes ses forces dans son agresseur qui alla s'écraser un mètre plus loin. Débarrassé de son étau, il s'approcha et vit une femme blonde assez mignonne, les yeux grand ouverts qui reposait sur le sol. Oh mince! Il espérait ne pas l'avoir tué. Mais la personne se redressa par saccades et l'attrapa par le bras une nouvelle fois, alors qu'il se préparait à la renvoyer paitre, une violente décharge l'immobilisa à la base de la nuque. Par dessus son épaule il vit un homme d'une vingtaine d'année brandissant une...? Non, c'était impossible que... sa... main soit un.. marteau. Les ténèbres.

***

Richard se réveilla dans une chambre immaculée, ses yeux s'étaient ouverts d'un coup, et il s'était levé droit comme un I, palpant chaque partie de son visage, de son cou, de son corps qui aurait pu être abîmé. Ouf, son corps était intact, il n'avait pas mal, il n'était pas même fatigué, seule sa tête semblait vibrer légèrement de l'intérieur, lui offrant une petite migraine. Alors, il vit entrer un homme étrange, encadré de la femme blonde et de cet autre homme dont il semblait se souvenir. Il n'aurait pas su dire qui ils étaient, mais il se souvenait les avoir déjà rencontrés. L'homme leur fit signe de sortir et s'assit calmement au bord de son lit. Richard sans penser aux conséquences sortit d'un geste brusque de ses draps et découvrit avec horreur qu'on l'avait changé. Bon sang mais qu'est-ce que c'était que ce cirque !

"Tu veux savoir où tu es et qui je suis n'est-ce pas, Richard?" Tous sourcils froncés, Richard écarquilla en plus les yeux, ce qui lui donna l'espace d'un instant l'air d'un hibou. "D'abord, laisse-moi te dire que tu es sur Eden, et que tu as été choisi pour rester parmi nous afin d'être un de nos élémentalistes." Gné? Richard recula contre la paroi de pierre de la salle et pointa le vieux du doigt. Enfin le vieux, il devait avoir tout au plus quatre aux de plus que lui.
"Wow, wow on se calme, qu'est-ce que vous me chantez là? Moi un élitiste et sur Eden? Où est mon père, je ne parlerai qu'en sa présence! Et qui êtes-vous, d'abord?
- Je suis ce qu'on appelle un ancien, enfin je veux dire que je suis arrivé ici il y a plus longtemps que les autres, je suis un peu le "chargé des arrivées" tu comprends? Et je dois te confier ton premier robot pour te faire visiter Eden.
- Robot? Eden? Elémentaliste? Est-ce que vous seriez cinglé par hasard? Je me casse d'ici moi, je n'ai pas quitté ma famille pour faire le zouave avec des bâtons et des épées en carton, non mais."

Richard contourna l'ancien comme il se désignait en longeant les murs et atteignit la porte sans problème. Après lui avoir lancé un bref regard de défis, il fila à travers le couloir en courant, provoquant un chahut monstrueux. Une infirmière à voyant vert fut projetée contre un mur et la jeune fille qui l'accompagnait l'insulta en levant le poing. Lorsqu'il passa pour la troisième fois devant la porte "RCI003" il se trouva bien forcé de s'arrêter. Il était perdu. Quelques secondes plus tard à peine, l'homme de la salle de repos le rejoignit en sifflotant.

"Ça y est tu as visité? Bon, et bien je vais pouvoir te confier un robot alors, ou plutôt te confier à un robot, ici tu n'as à te soucier de rien, sinon de ne pas sortir après le couvre-feu et d'être le meilleur. Ça a l'air d'être dans tes cordes ça non, d'être le meilleur?
- Pourquoi est-ce que vous vous mettez à me parler comme un élève de lycée?" demanda Richard en croisant les bras sur son torse qui commençait sérieusement à réclamer de quoi être couvert, il faisait frisquet dans ce couloir !

"Tu as pourri mon ambiance solennelle, alors ne compte pas sur moi pour jouer le vieux sage, moi aussi je suis élémentaliste de feu, et j'espère que tu en baveras, voilà c'est dit ! Ton robot t'attend dans la salle d'où tu es parti, c'est RD625, il vient de sortir alors tâche d'en prendre soin, si tu as besoin de savoir quelque chose tu pourras me trouver facilement, de toutes façons nous ne pouvons pas sortir de l'île."

Richard fronça les sourcils et vit une fille brune aux grands yeux violacés courir vers lui par saccades avec une chemise. Sans qu'il ait le temps de faire le moindre geste il se trouva vêtu comme un jeune d'une brochure américaine, très propre sur lui. Bon sang! Il hurla sur la fille de lui dire son nom, ce à quoi elle répondit par une voix caverneuse "RD325". Ah. Il loucha sur son front et vit un voyant vert éclairé, sur lequel il appuya sans ménage, intrigué. Son robot? Elle lui demanda de bien vouloir cesser de la déséquilibrer, ce qu'il fit sans broncher. Sa vie sur Eden commençait, et ça promettait d'être marrant.

Profession/Rang : none.
Avez-vous déjà choisi un clan ? Ca lui ressemblerait bien de s'allier aux White Eagles
Autre : Ràs

A propos de vous


Présentez-vous en quelques (ou plusieurs ^^) lignes (prénom, âge, goûts...): Bon, et bien on m'appelle le plus souvent Mina, et j'ai 17 ans. Je profite des premières véritables vacances de ma vie pour venir sur ce forum qui m'a l'air fort sympathique ^^. A vrai dire je viens de passer mon bac, et j'ai enfin terminé avec ma vie lycéenne youhou ! Il faut attendre le 6 pour savoir si réellement j'ai réussi mais je ne pense pas qu'il y aura trop de problème. Hmm, que dire que dire, je n'ai pas envie que vous me connaissiez à travers une fiche alors je vais juste vous parler un peu de mon Richard. Richard est mon personnage préféré, c'est un chara que j'ai imaginé alors que j'était en 4eme comme était le détenteur des pouvoirs de la lave et des catastrophes naturelles. Avec son caractère qui s'est peu à peu affirmé, il est devenu détenteur du pouvoir du magma et autres frasques. C'est un personnage à facettes multiples qui à l'époque représentait un peu mon homme idéal en fin de compte ^^". Avec un peu de recul, je me rends compte que son caractère a évolué avec celui de mon petit ami, il est devenu bien plus exubérant, bien plus expressif et bien plus chaleureux, et ça me plait beaucoup, alors j'espère pouvoir le jouer à fond sur ce forum ^^
Comment avez-vous connu le forum ? Par Lykaa il y a ... trois heures (ouais j'ai tapé ma fiche d'une traite, parce qu'on ne peut pas la poster par petit morceaux èé)
Et qu'en pensez-vous ? Ben le fait qu'on ne puisse pas poster sa fiche en cours de route est extrêmement contraignant mais l'histoire est plutôt sympa, le contexte en général a l'air pas mal, alors le forum marque quand même pas mal de points ^^
Combien de temps pouvez-vous consacrer au forum. Euh, étant donné que je n'ai plus rien jusqu'au premier août je peux venir très régulièrement et même nolifer dessus si nécessaire.
Désirez-vous de l'aide au RPG ? Non merci x]
Avez-vous lu le règlement ? Et bien oui, il me semble qu'il y a un code *va chercher* et bien j'ai beau chercher en long en large et en travers je ne le trouve pas x] Tant pis, je poste déjà la fiche et je vais chercher ça plus minutieusement. EDIT : Ca y est, il était tellement mis en évidence que je n'y ai pas fait attention xD [code ok by v]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violette Delilah
Elémentaliste Air
Elémentaliste Air
avatar


Messages : 969


Feuille de personnage
Element/Spécialisation : Air/Simple
Rang / Profession: Coureuse
Relations:

MessageSujet: Re: Richard Stanford, L'explosif !   Jeu 24 Juin - 18:55

Salut salut ! =D Bienvenue sur Eden Smile
Ta fiche est super bien écrite, j'ai rien à dire donc je file te valider =P
Si t'as des questions n'hésites pas, ah et oui les RPs personnels sont mis en quarantaine car il y a un event en ce moment =DD

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eden-elementalistes.forums-rpg.com
Richard Stanford
Elémentaliste Feu
Elémentaliste Feu
avatar


Messages : 15


Feuille de personnage
Element/Spécialisation : Feu (pas de spécialisation pour l'instant)
Rang / Profession: none.
Relations:

MessageSujet: Re: Richard Stanford, L'explosif !   Jeu 24 Juin - 19:05

D'accord d'accord mercii ^^
Ben ouf alors parce que s'il avait fallu changer quelque chose pfiouuu il aurait tout fallu modifier ^^. Ah bon? A cause de l'event les rp persos sont mis en veille? C'est à dire que je ne peux pas jouer en dehors de cet event?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violette Delilah
Elémentaliste Air
Elémentaliste Air
avatar


Messages : 969


Feuille de personnage
Element/Spécialisation : Air/Simple
Rang / Profession: Coureuse
Relations:

MessageSujet: Re: Richard Stanford, L'explosif !   Jeu 24 Juin - 19:12

Ben si tu peux faire des RPs privés, mais ça serait bien qu'ils soient dans le cadre de l'event. Les RPs qui se passent à un autre moment ne doivent pas être mis en priorité.^^"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eden-elementalistes.forums-rpg.com
Richard Stanford
Elémentaliste Feu
Elémentaliste Feu
avatar


Messages : 15


Feuille de personnage
Element/Spécialisation : Feu (pas de spécialisation pour l'instant)
Rang / Profession: none.
Relations:

MessageSujet: Re: Richard Stanford, L'explosif !   Jeu 24 Juin - 19:22

D'accord ^^ merci pour le conseil alors!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Richard Stanford, L'explosif !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Richard Stanford, L'explosif !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eden :: ~ Le Commencement ~ :: Grimoire des Présentations-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit